16 août 2022

Pleins feux sur la rentrée littéraire d’automne 2022 !

L’été s’achève et déjà les Éditions David amorcent leur rentrée littéraire d’automne. Nous vous réservons un programme haut en couleurs, avec quatre romans, deux recueils de haïku, deux romans pour adolescents, une traduction d’un recueil de poésie.

Le premier roman à paraître, Fou d’Ahlam de l’auteur d’origine algérienne Louenas Hassani, raconte l’histoire d’Elian, un jeune professeur de philosophie engagé dans les tumultes en Algérie qui, pendant dix-sept mois, attend avec impatience son premier rendez-vous avec Ahlam, une étudiante en médecine.  Mais la pandémie survient, et les autorités algériennes annoncent le début du confinement le jour même de sa première sortie avec Ahlam. Les obstacles et les interdits qui se dressent devant eux sont plus grands que jamais. La jeunesse et l’audace suffiront-elles pour surmonter les peurs, quand la répression politique, de surcroît, bat son plein ? Voix narratives (août 2022)

À quelques pas de l’aube de Jimmy Poirier propose un voyage poétique empreint de silence, un voyage au cœur d’une poésie qui oscille continuellement entre présence et absence, entre l’ombre et la lumière imminente de l’aube. Divisés en cinq chapitres aux titres évocateurs, les haïkus et haïshas de ce recueil témoignent d’une sensibilité à fleur de peau et d’un talent certain pour l’art du miniature de ce haïkiste de Saint-Jean-Port-Joli. Haïku (août 2022)

Dorian, un orphelin de quinze ans dont la plus grande ambition est de devenir le roi des voleurs, tente de dérober le Célpahid, la pierre sacrée qui trône au sommet de la tour de sorciers. Capturé par ces derniers, il est forcé d’entrer au service d’une école de magiciens où seuls de jeunes nobles triés sur le volet peuvent étudier. Dorian essaie de s’imposer avec difficulté et devient finalement lui-même apprenti. C’est alors qu’une convocation parvient jusqu’aux palhadins et leur ordonne de se rendre à Rubiss, la capitale. Se joignant sans autorisation à la compagnie mandatée par le Roi, il rencontre les elfélins, des créatures étranges qui lui montrent une autre façon de faire de la magie. Mais alors qu’il se trouve dans leur habitat, la Forêt de vie, il s’évanouit, terrassé par un mal dont il ignore la cause. L’épopée de Lô de Maïlys Pailhous, tome 1, 14/18 (août 2022)

« Quiconque a déjà croisé la route de Blanca Baquero se sou­vient de son sourire, de sa ferveur et de sa profonde humanité. De façon toute naturelle, ses haïkus transportent avec eux tout ce charme qui la caractérise si bien, une vibrance, un éclat unique, une fraîcheur et une liberté qui révèlent beau­coup de la femme qu’elle est.  Ce livre est la matérialisation d’un grand rêve. Il porte en lui les effluves d’une vie guidée par la passion. », Hélène Leclerc dans la préface du recueil Aussi loin que le vent de Blanca Baquero, Haïku (septembre 2022)

Hildegard Wald, une jeune femme sourde, refuse la stérilisation à laquelle la condamne la loi et souhaite épouser Aymeric Werner, malgré les pressions sociales et les aléas de la guerre. L’histoire prend racine dans son enfance, en 1922, et se termine en 1957 lorsque son journal intime est remis à sa fille Sunniva. Le drame que vit Hildegard n’est pas isolé, puisque certains de ses proches sont victimes du régime : son oncle Bruno est euthanasié ; son amie aveugle, Mathilda, est stérilisée et meurt peu de temps après, et son ami Michael, également sourd, se suicide. Une fresque familiale et sociale avec, en arrière-plans, Münster et Berlin, un détour forcé du côté de Prague, avec des événements qui se déroulent sur le front russe. D’abord l’angoisse, puis vint la guerre de Cindy Côté, Voix narratives (octobre 2022)

Lola a environ 5 ans ou peut-être un peu plus. Victoire, 13 ans, est la rêveuse de la bande, mais elle préfère qu’on se réfère à elle comme étant « la rebelle ». Sara, jeune cadre dynamique, a ces deux-là à l’œil. Elle fait claquer ses talons pour maintenir l’ordre et forcer le respect, avec, il faut bien l’avouer, plus ou moins de succès. L’autrice du roman observe leur danse, d’un œil mi-amusé, mi-inquiet, en apprenant à les connaître et à les aimer. Trois identités, trois caractères, qui s’imbriquent et souvent se déchirent. Une histoire de femme(s) milléniale(s) qui oscille entre génération #metoo, embrigadement religieux et rage de vivre. Plurielle de Mélanie Guillaume, Indociles (octobre 2022)

À paraître plus tard cet automne…

Catherine Dunleavy meurt à Trois-Pistoles, au Québec, à la fin des années 2000. Son amoureux, Élias Dubreuil, la pleure et s’efforce de déplier les contours de la vie de celle qui laisse en héritage le souvenir d’une grande ardeur, une lettre douloureuse et aucune descendance. On replonge alors à l’époque où Catherine, jeune femme, quitte l’Angleterre, après la dévastation de la Seconde Guerre mondiale, pour s’embarquer sur un navire outre-Atlantique. Elle se rendra par la suite en Amérique du Nord, pour aboutir à Montréal, où elle fera la rencontre d’Élias et de Mathilde. Comme fissurées, les pensées de Catherine avanceront en boucle à travers les années. Les départs de Clara Lagacé, Voix narratives (novembre 2022)

Trois jeunes, issus de milieux différents, sont invité.e.s à tour de rôle à participer à un concours international de slam, dont la finale se déroulera à Paris. Chaque partie, en apparence autonome, décrit la vie de ces jeunes dont le destin se recoupera lors de cette finale. Un portrait empathique d’une diaspora de jeunes francophones à la recherche de leur place et de leur identité, qui trouveront leurs voix dans le slam.  Le souhait de l’autrice : que les jeunes lecteurs et lectrices « se sentent touchés et interpellés et qu’ils apprennent sur eux-mêmes en se questionnant sur la pluralité des modes de vie et de pensée des gens qui les entourent. » Les voies du slam de Claudia Lahaie, 14/18 (novembre 2022)

Issu de la nation Kwantlen de la Colombie-Britannique, Joseph A. Dandurand présente un poète, devenu médecin de l’âme et du corps, qui habite le Downtown Eastside de Vancouver. Les poèmes de ce recueil décrivent aussi la disparition d’un peuple au fil du temps (80 % de la population s’est effacée et ne compte aujourd’hui que 200 personnes). Un propos doublement personnel, puisque le poète parle de l’histoire des siens, de son peuple (la nation Kwantlen, touchée à la fois par l’épidémie de la variole et par les ravages du colonialisme), mais aussi de sa propre histoire de résilience et de guérison, en tant qu’ex héroïnomane. SH : LAM  de Joseph A. Dandurand, traduit par Éric Charlebois, Voix intérieures (novembre 2022)

Leave a comment

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.