Genre: Poésie, Récit,

Pages: 56

Date de parution: 2 mai 2013

ISBN (Papier): 9782894232866

ISBN (ePub): 9782894235645

ISBN (PDF): 9782894236086

Code: PDP784

D'éclats de peines

Partagez

Auteur: Brigitte Haentjens

Acheter ce livre

Un grand amour est mort. Plus rien ne subsiste, sauf l'omniprésence douloureuse de l'absence. Comment recomposer le corps éclaté? Où retrouver la sérénité? La peine est si profonde que tout réconfort semble futile. Pourtant, à force d'apprivoiser la douleur à chaque tournant du quotidien, on renoue avec la vie. On apprend à subir le souvenir d'un amour qui aurait dû être autre chose qu'un espoir déçu.

D’éclats de peines, d’éclisses de colère et de lambeaux de tendresse, Brigitte Haentjens a fait une sorte de journal intime du deuil d’amour. À vif, sans pudeur, avec une authenticité que reconnaîtront ceux et celles que ce drame a connus.

«[…] les éclats déchirants projetés sur les pages blanches de son livre, écorchent le lecteur, accroché par la beauté violente et sauvage des images qui traduisent avec muscle et lucidité le drame de la solitude imposée par le départ de l’Autre.» Liaison 

Extrait

je ne pourrais pas écrire sur la peine d'amour
elle est trop fulgurante

c'est l'après qui dure
l'écho du cri en dedans qui déchire tout
les nuits et les jours pour retrouver le corps éparpillé et
tous les lambeaux dispersés par l'éclatement

il faut seulement marcher à quatre pattes
c'est à peu près la seule position endurable quand on a mal au
ventre

Brigitte Haentjens

Metteure en scène d’avant-garde, Brigitte Haentjens fréquente tôt l’école de mime de Lecoq (Paris, France), puis immigre en Ontario en 1977. Directrice artistique du Théâtre du Nouvel-Ontario à Sudbury de 1982 à 1990, Brigitte y laisse sa marque avec, entre autres, sa mise en scène de la pièce Le Chien (1988) de Jean Marc Dalpé. Arrivée à Montréal, elle assure la direction artistique de la Nouvelle Compagnie Théâtrale (aujourd’hui le Théâtre Denise-Pelletier) jusqu’en 1994, puis fonde sa propre compagnie, Sibyllines. Intéressée par les textes antiques Électre (2000) et Antigone (2002) de Sophocle, elle lui préfère toutefois les auteurs contemporains – Beckett, Koltès, Müller. Son Caligula (1993) d’Albert Camus évoque la politique contemporaine et l’univers des conseils d’administration de la haute finance. À travers sa lecture subjective des textes, fréquemment marquée par la psychanalyse, elle explore particulièrement les failles secrètes de l’identité féminine, les jeux entre le pouvoir et le sexuel ainsi que la zone où se rejoignent les mythes et l’inconscient.

Brigitte Haentjens remporte le prix Siminovitch en 2007, prix qui « rend honneur à des metteurs en scène, à des dramaturges et à des scénographes professionnels en soulignant l’excellence et en favorisant la poursuite de l’expérimentation théâtrale au Canada ».

Cliquez sur le lien suivant pour voir l'émission « Les visionnaires » de Radio-Canada où le portrait artistique de Brigitte Haentjens est dressé:

Les visionnaires, Épisode 14