A Paraitre

août 2017

En cale sèche de Clara Lagacé

Cale_Lagacé_RVB
Des débuts sereins sur l’esplanade sablonneuse d’une marina à l’égarement présent, beaucoup plus solitaire, dans son édifice de béton qui la supporte mal, la poète d’En cale sèche s’interroge sur sa propre dérive et sur celle du monde qui l’entoure.

Ce recueil met en mot ce qui l’enrage et ce qui l’émeut, ce qui la touche et ce qui l’excite.

sur les rives de l’Outaouais
avec chaque saison nouvelle l’étau
se resserrait doucereusement

chacune à dix-neuf ans
nous sommes parties

il est routinier ici de déplacer
d’égarer son futur

Explorer les origines, observer les « risques d’échouement », apprivoiser l’arrivée à l’âge adulte, voilà ce qu’entreprend avec brio cette nouvelle voix en poésie.

Originaire d’Aylmer en Outaouais, Clara Lagacé a déménagé à Montréal pour poursuivre ses études en littératures de langue française. En 2015, elle a été récipiendaire du Lionel Shapiro Creative Writing Award à la fin de son baccalauréat en littérature anglaise à l’Université McGill. En cale sèche est son premier recueil de poésie.

Voix intérieures – poésie

août 2017

Basculer dans l’enfer de Jocelyne Mallet-Parent

Basculer_Mallet-Parent_RVB 

Qu’est-ce qui pousse des jeunes Occidentaux à faire une guerre qui n’est pas la leur ? Pourquoi se laisser embrigader au point de risquer, voire de donner, sa vie pour une cause telle que le djihad ? Au nom de quoi, au nom de qui ces jeunes s’impliquent-ils aussi aveuglément ?

Ce sont ces questions qui traversent l’esprit d’Ariane le jour où elle découvre que sa fille, Élise, est soupçonnée d’avoir participé à un attentat terroriste dans le métro. Plus l’enquête menée avec intelligence et délicatesse par l’inspecteur Alex Duval avance, plus elle est obsédée par le comment et le pourquoi. Tout comme Fatima et Oleya, deux autres mères dont les fils, Tariq et Jamil, se sont aussi radicalisés. Chacune se demande ce qu’elle a bien pu faire pour que son enfant en soit arrivé là.

Basculer dans l’enfer, un thriller des plus actuels, mettant en scène trois familles ordinaires qui sont devenues, bien malgré elles, des victimes du terrorisme.

D’origine acadienne, Jocelyne Mallet-Parent vit aujourd’hui en Gaspésie. Après une brillante carrière dans le monde de l’éducation au Nouveau- Brunswick, elle a publié cinq romans dont le premier, Sous le même soleil, lui a valu le prix France-Acadie 2007. Son plus récent livre, Le silence de la Restigouche, a figuré en 2016 sur la liste des « Incontournables de Radio-Canada ».

Collection Voix narratives

septembre 2017

Le bonheur est un parfum sans nom

Bonheur_Leclair_RVB

Le bonheur est un parfum sans nom est l’histoire d’un romancier, musicien noir, qui n’a pas écrit une ligne depuis quatre ans. Séparé de sa femme depuis plusieurs années, il mène une vie recluse, entourée de ses amis qui font partie du même quintette de jazz. Un soir, il tombe amoureux, le temps d’une danse, de Miss Perfumado, une femme mystérieuse, voire énigmatique. Il la perd de vue. Son ami Winston, le saxophoniste, le console. Il va retrouver cette conquête grâce à ses amis, notamment Moussa, l’Africain qui veut qu’il écrive sa biographie. Lui n’y tient guère mais comment dire non à un ami qui le prend pour un grand écrivain sans rien avoir lu de lui ?

Ce romancier cherche avant tout le bonheur. A-t-il un goût, une couleur, un parfum ? Est-il heureux avec sa fille, son fils, même son ex-femme si indulgente ? Il promet un roman à son éditeur pour répondre à toutes ces questions. C’est le livre que le lecteur tient entre ses mains.

Renouant avec les thèmes qui lui sont chers, le statut de l’artiste, l’identité et les minorités visibles, Didier Leclair concocte ici, avec le tempo d’une musique de jazz, une galerie de portraits drôles et émouvants. Un bonheur en soi.

Didier Leclair est né en 1967 à Montréal de parents d’origine rwandaise. Après avoir passé son enfance en Afrique, il s’établit à Toronto en 1987 après des études de Lettres, à l’Université Laurentienne à Sudbury. Lauréat du Prix Trillium en 2001 pour son premier roman, Toronto, je t’aime, il a été finaliste du Prix du Gouverneur général en 2004 pour Ce pays qui est le mien. Le bonheur est un parfum sans nom est son huitième livre.

Collection Indociles