(Acheter sur REFC.ca)

L'espace-temps dans les littératures périphériques du Canada

Mathieu Simard , Isabelle Kirouac Massicotte , Ariane Brun del Re Collection: Voix savantes Pages: 256 Date de parution: Le 18 janvier 2018 ISBN (Papier): 978-2-89597-607-3 ISBN (PDF): 9782895976455 Code: DAV356

Résumé

Dans les littératures francophones du Canada, l’espace — que ce soit la ville, la campagne, la banlieue, la forêt, le Nord — a été depuis longtemps étudié et le temps a lui aussi récemment été traité. En revanche, alors que les travaux de Mikhaïl Bakhtine montrent combien l’espace et le temps sont interdépendants, les rapports que les dimensions spatiale et temporelle entretiennent entre elles restent négligés. Les études réunies dans ce collectif visent à combler cette lacune en analysant la représentation de l’espace-temps dans les littératures périphériques du Canada, c’est-à-dire au sein d’oeuvres franco-canadiennes qui sont spatialement minoritaires, mais qui répondent aussi, y compris au Québec, à des pratiques d’écriture plus marginales, comme c’est le cas de la science-fiction ainsi que des littératures lesbienne et autochtone.

Les Auteurs

Mathieu Simard

Mathieu Simard est doctorant en lettres françaises à l’Université d’Ottawa. Il a obtenu un baccalauréat en études littéraires de l’Université Laval et une maîtrise en langue et littérature françaises de l’Université McGill. Il a travaillé sur l’écrivain franco-ontarien Patrice Desbiens et sur la question du multilinguisme en littérature. Ses activités de recherche actuelles portent sur la représentation des genres littéraires (poésie, roman et théâtre) dans la culture contemporaine. On peut lire ses travaux dans les revues Continents manuscrits, Fabula-LhT@nalyses et Temps zéro de même que dans plusieurs ouvrages collectifs. 

Isabelle Kirouac Massicotte

Isabelle Kirouac Massicotte est chercheure postdoctorale à lʼInstitut dʼétudes acadiennes de lʼUniversité de Moncton et ses travaux portent sur le trash littéraire comme esthétique des communautés minoritaires. Pendant lʼannée académique 2016-2017, elle a enseigné le français et la littérature québécoise à lʼUniversité de Bologne, où elle a assuré la coordination du Centre interuniversitaire dʼétudes québécoises. En mai 2016, à lʼUniversité dʼOttawa, elle a soutenu une thèse intitulée « Des mines littéraires : étude chronotopique de lʼimaginaire minier dans les littératures abitibienne et franco-ontarienne », de laquelle elle a tiré un manuscrit qui sera publié chez Prise de parole en 2018. Elle est réviseure pour la revue numérique de recherche-création Le Crachoir de Flaubert et adjointe à la direction de la revue @nalyses.

Ariane Brun del Re

Après avoir effectué un baccalauréat en lettres françaises à l'Université d'Ottawa, Ariane Brun del Re obtient une maîtrise en littérature de l'Université McGill, dans le cadre de laquelle elle rédige une thèse sur les villes de Moncton et d'Ottawa dans les littératures acadienne et franco-ontarienne. Elle est aujourd'hui doctorante au Département de français de l'Université d'Ottawa. Ses recherches portent sur l'inclusion et l'exclusion des lecteurs en littérature franco-canadienne (Acadie, Ontario, Ouest). Depuis 2011, elle a fait paraître une dizaine d'articles savants et une vingtaine de critiques littéraires. Elle a aussi été membre du jury pour le concours Écrire pour se raconter des Éditions David à trois reprises. Dans ses temps libres, elle co-dirige l'onglet « Critique artistique » d'Astheure, un webzine dédié à l'actualité acadienne.

Biographies des auteurs

événements

Clara Lagacé au Festival acadien de poésie de Caraquet

Le 2 août 2018 à 09h00
220, boul. Saint-Pierre Ouest, à Caraquet (Nouveau-Brunswick).
Plus D'info

avis

14/18