Blogue

4 juin 2020

Andrée Lacelle : poète citoyenne

Auteur-Lacelle

En 2016, le Temple de la renommée de VERSeFest, le Festival de poésie d’Ottawa, intronisait, pour la première fois, une poète francophone. C’est à Andrée Lacelle que cet honneur a été décerné. Un an plus tard, soit en avril 2017, Andrée devenait la première Poète officielle francophone de la Ville d’Ottawa. Ayant conscience de l’importance, non seulement symbolique mais aussi politique, de cette fonction, elle se donnait pour mandat de rehausser la place qu’occupe la poésie dans la vie de la Capitale nationale. De là est né le projet « Poèmes de la Cité », qui, en 2018 et en 2019, a réuni une quarantaine de poètes et d’artistes visuels invités à exprimer, à leur façon, un point de vue personnel sur la ville qu’ils et elles habitent ou ont autrefois habitée. Le très beau recueil, Poèmes de la Cité, dirigé par Andrée Lacelle, paru en mars 2020 aux Éditions David, présente ces œuvres poétiques et visuelles.

Peu de temps avant la fin de son mandat à la Ville d’Ottawa, Andrée invitait à nouveau près d’une quarantaine d’auteurs à écrire sur les compressions dans les services destinés aux francophones, exercées par le gouvernement ontarien de Doug Ford, en novembre 2018. Le recueil collectif Poèmes de la résistance, toujours sous sa direction, est paru en mai 2019 aux Éditions Prise de parole. Depuis sa parution, ce recueil, qui a connu une très belle réception des médias et du public, a fait l’objet de plusieurs lectures importantes. 

Originaire de Hawkesbury, dans l’Est ontarien, Andrée Lacelle écrit et vit aujourd’hui à Ottawa. Auteure d’une dizaine de recueils de poésie, elle a également été la première Franco-Ontarienne à recevoir, en 1995, le prix de poésie Trillium en langue française, pour son recueil, Tant de vie s’égare (Vermillon, 1994). Ce même titre lui a aussi permis d’être finaliste au prix du Gouverneur général. En 2015, paraît, dans la collection BCF, Sol ciel ciels sols, chez Prise de parole, une rétrospective de son œuvre préfacée par François Paré, et qui regroupe la plupart de ses poèmes écrits entre 1979 et 2011. Vous pouvez en apprendre davantage sur son œuvre poétique en lisant l’article de Véronique Arseneau, publié le 17 octobre 2019, sur le site Web de la revue Nuit blanche, ou encore en consultant sa fiche sur le site Web de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français.

Quand j’ai entrepris l’ébauche de cette balade improbable au cœur et autour de la ville, m’est venue cette idée d’Ottawa, telle une cité mémoire : mémoire de l’eau, mémoire de la terre, mémoire du ciel, mémoire de l’esprit. Depuis toujours, je porte l’espoir, qu’en cette ville, capitale du pays, notre présence francophone occupe pleinement sa place historique et contemporaine., extrait de la préface, Andrée Lacelle, Poèmes de la Cité.

Feuilletez les premières pages du recueil.

Vous pouvez aussi écouter des lectures d’extraits du recueil, sur la chaîne YouTube des Éditions David.